Hallali

Non, l’hallali n’est pas ce dépôt qu’on trouve au fond de certaines bouteilles de vin ! Et, par conséquent, on ne boit pas avec Alice jusqu’à l’hallali ().
L’hallali est le dernier temps de la chasse à courre, celui où la bête pourchassée est mise à mort.
À la fin du XVIIe siècle, le mot existe sous la forme « ha la ly ». Il est composé du verbe ‘haler’ (« exciter les chiens ») et d’une contraction de « à lui » au sens de « après lui » (‘lui’ étant l’animal pourchassé).
L’hallali était d’abord le cri qui annonçait que la bête poursuivie est aux abois. C’est ensuite devenu le son du cor qui signale la même chose (on disait donc déjà « sonner l’hallali », mais au sens propre). Ce n’est qu’au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle qu’il a servi à désigner le moment de la mise à mort.
Au figuré, sonner l’hallali s’est ensuite appliqué à toute annonce de destruction de / de victoire sur quelqu’un ou quelque chose.